Close

Se connecter

Vous n’avez pas de compte ? Contactez-nous !
Close

S'enregistrer

Close

Lost Password

Édito de Fabrice BONNIFET – Président du C3D

L’idée de transition écologique suppose que nous devrions passer sans délai d’un « modèle énergétique sale » qui domine aujourd’hui vers un modèle parfaitement propre, c’est-à-dire sans carbone, pour nous conformer à l’Accord de Paris. Mais nous savons que la transition n’aura pas lieu car depuis la nuit des temps les énergies ne se substituent pas, elles s’empilent les unes sur les autres. Nous n’avons plus besoin de grands discours qui donnent l’illusion de l’action, mais qui ne remettent jamais en cause notre modèle de société. Nous avons besoin de faire de la pédagogie de la réduction de la taille de l’économie par la génération de la notion du besoin du non-besoin. Bonne nouvelle, les gaspillages, le dérisoire, les erreurs dans la planification industrielle, le futile et l’inutile consument et consomment l’essentiel des ressources de la planète, il y a donc de la marge pour vivre mieux avec moins. Mauvaise nouvelle nous n’avons pas encore trouvé le narratif pour rendre désirable la sobriété, tellement nous ne supportons pas l’idée de nous restreindre pour notre bien, pendant que d’autres continueraient de se « gaver » matériellement pour avancer toujours plus vite vers l’effondrement.         

Au Collège des Directeurs et Directrices du Développement Durable (C3D), nous avons décidé d’arrêter de jouer la comédie qui consiste à faire croire que tout peut continuer comme avant, en faisant juste un peu mieux des choses qui en réalité ne devraient même plus exister. Et merci au Forum de l’Engagement de nous donner l’occasion de tenir des propos différents pour que cesse la complaisance vis-à-vis de l’intolérable.

Fabrice BONNIFET – Président du C3D

Partager sur :

J'aime

0

Publications connexes

Partagez votre engagement

Thématiques

► Engagements pour une économie, une finance et une industrie juste, innovante et responsable

Articles récents