Close

Se connecter

Vous n’avez pas de compte ? Contactez-nous !
Close

S'enregistrer

Close

Lost Password

Guerre en Ukraine : l’impact du conflit sur la stratégie énergétique de l’Union Européenne

Alors que le GIEC ne cesse, un peu plus à chacun de ses rapports, d’alerter sur nos modes de production et de consommation énergétique, l’invasion de l’Ukraine par la Russie a ajouté une dimension sécuritaire à la question de la gestion énergétique en Europe. Face aux difficultés d’approvisionnement et à la volonté de mettre fin à la dépendance vis-à-vis des importations de gaz russe, l’Union Européenne a décidé d’accélérer sa transition énergétique et de revoir à la hausse ses ambitions environnementales.

L’impact du conflit en Ukraine sur les enjeux énergétiques

La guerre en Ukraine a ébranlé la géopolitique mondiale et joué le rôle de catalyseur de refonte des relations internationales. Les retombées du conflit sur le paysage diplomatique perdureront probablement des années.[1]L’équilibre diplomatique d’après-Guerre Froide est bouleversé : la méfiance grandit entre les Etats-Unis et la Russie et les divergences s’accentuent entre la Chine et les pays occidentaux.

A court terme, les retombées économiques se traduisent par un ralentissement global de la croissance économique, une hausse de l’inflation et une modification des flux commerciaux internationaux.

Le conflit ayant remis au centre des préoccupations la question de la sécurité énergétique, le marché est marqué par une flambée des prix du gaz et du pétrole, et va tendre, de façon générale, vers une forte volatilité.

Le conflit aura également un impact durable sur les investissements au sein du secteur énergétique et sur la demande mondiale. Ces modifications risquent d’impacter à long terme les flux énergétiques dans le commerce international, au détriment des pays pour qui l’exportation énergétique occupe une place prépondérante dans l’économie.

En Europe, ces modifications structurelles ont conduit la Commission Européenne à revoir ses ambitions en matière de transition énergétique, dévoilant des premières mesures concrètes dans le cadre de son plan « REPowerEU ».

Transition et souveraineté énergétique dans l’Union Européenne

La Commission Européenne a présenté le 8 mars 2022 son plan « REPowerEU », qui consiste en une série de mesures visant à mettre fin à la dépendance des pays de l’UE à l’égard des énergies fossiles russes. Les grandes lignes du plan visent à atteindre plus rapidement les objectifs du « Fit For 55 » en matière d’émissions carbone (initialement prévus pour 2050), à optimiser la souveraineté énergétique de l’Union Européenne et à devenir indépendant vis-à-vis des importations russes avant 2030. Le défi est immense puisque la Russie fournit à l’Europe 45% de sa consommation de gaz, 25% des importations de pétrole, et 45% de charbon.[2]

Pour atteindre ces objectifs, le plan « REPowerEU » repose sur deux objectifs :

• augmenter la part du renouvelable dans le mix énergétique, en passant de 22% à 45% d’énergies renouvelables d’ici 2030 ;

• diversifier les importations de gaz sans passer par la Russie, en ayant davantage recours au GNL, tout en veillant à garantir l’équilibre énergétique sans lequel il serait impossible d’atteindre la neutralité carbone.

Si la souveraineté énergétique appartient pour le moment aux Etats membres, l’accélération de la réalisation des objectifs du GreenDeal tend à un partage de la souveraineté de ce mix énergétique en Europe.

A l’échelle globale, les efforts européens sont importants mais ne suffiront pas pour atteindre la neutralité carbone. L’Union Européenne, qui représente 10% des émissions mondiales, espère montrer aux autres pays la voie vers la transition énergétique. La volatilité et l’augmentation des prix de l’énergie liées à un changement de politique énergétique européenne risqueraient de contraindre les pays émergents à réaliser un arbitrage entre croissance économique et transition énergétique. La réussite de l’ambition européenne et la mise à disposition de capitaux pour des investissements massifs vers les énergies renouvelables constituent des enjeux cruciaux pour réussir la transition énergétique mondiale.

Les récents évènements en Ukraine ont rappelé l’interconnexion entre nos sociétés ainsi que la nécessité d’une coopération internationale pour répondre aux enjeux économiques, géopolitiques, environnementaux, sociaux et sociétaux auxquels nous sommes confrontés. Sur le plan environnemental, si le conflit a engendré une prise de conscience et un rehaussement des ambitions à l’échelle européenne, il demeure urgent que l’ensemble des acteurs socio-économiques participent conjointement aux efforts nécessaires pour répondre au défi climatique.


[1] Raad Alkadiri, « Ukraine war reshapes energy geopolitics and decarbonization », 27 avril 2022

[2] Article disponible sur le site de la Commission Européenne, « REPowerEU : action européenne conjointe en faveur d’une énergie plus abordable, plus sûre et plus durable », 8 mars 2022


Article rédigé par  Elliot Leblan, Assistant Développement Indices de Positivité (Institut de l’Economie Positive)

Partager sur :

J'aime

0

Publications connexes

Partagez votre engagement

Thématiques

► Engagements pour une économie, une finance et une industrie juste, innovante et responsable

Articles récents