Close

Se connecter

Vous n’avez pas de compte ? Contactez-nous !
Close

S'enregistrer

Close

Lost Password

Intro – Inclusion par l’emploi

La crise sanitaire a incontestablement aggravé les situations de pauvreté et d’exclusion sociale des publics déjà fragiles, entre ruptures d’activité et difficulté d’accès aux services publics. Face à cette fracture socio-économique plus forte que jamais, un constat en sort renforcé : des sociétés résilientes sont des sociétés cohésives. L’inclusion sociale par l’accès à l’emploi, la formation et la garantie d’une qualité de travail équitable se présente ainsi comme une priorité qu’il faut conjuguer à la reprise économique. Il lui faut adopter un spectre large : personnes en situation de handicap, travailleurs jeunes comme âgés, femmes, minorités ethniques, ou encore travailleurs issus de zones défavorisées. Insérer par l’emploi, c’est aussi consolider une valeur européenne fondamentale : le principe de non-discrimination, au cœur de sa Charte des Droits Fondamentaux.

La France a fait de l’insertion par l’activité économique (IAE) un sujet phare des politiques publiques pour lutter contre la précarité et l’exclusion sociale, forte de son Pacte d’Ambition pour l’IAE, alors même que 2 millions de français sont éloignés de l’emploi en 2019. L’agenda national s’est également concentré sur des publics spécifiques, riche de sa loi pour la Liberté de choisir son avenir professionnel, de son Plan « 1 jeune 1 solution », ou encore de son volet dédié au recrutement de travailleurs handicapés au sein du Plan France Relance.  Ces initiatives convergeant vers un marché du travail plus inclusif sont évidemment soutenues par les entreprises qui disposent de nombreux leviers pour agir sur l’activité économique, premières garantes d’un recrutement inclusif, du bien-être de tous leurs collaborateurs, d’une parité au sein des postes à responsabilité, ou encore de l’accès à la formation professionnelle.

Deux conjonctures ont fait émerger de nouvelles problématiques quant au marché du travail ces dernières années. D’une part, sa transformation structurelle face à des sociétés européennes et française vieillissantes, où un habitant sur cinq y a plus de 65 ans. La diminution de la population en âge de travailler, véritable défi pour l’emploi, appelle l’Union Européenne et ses membres à mobiliser leurs talents et leur diversité pour garantir un marché du travail résilient qui donne sa chance à chacun. D’autre part, la pandémie, qui a exacerbé les situations de fragilité de certains profils. En première ligne, les jeunes, victimes pour certains de ruptures d’activité, et demandeurs de ce fait de formation professionnelle pour pouvoir rebondir : comment les entreprises peuvent-elles ainsi agir comme levier de formation ? 

La crise sanitaire a également renforcé les obstacles auxquels font face les femmes, aux perspectives d’emploi plus étroites, ainsi que les personnes en situation de handicap, dont le taux de chômage demeure deux fois supérieur à la moyenne française. Enfin, les inégalités socio-économiques de nos territoires s’en sont rendues plus visibles : face à cette forte fracture socio-spatiale, il nous faut garantir qu’entreprendre demeure une opportunité pour chacun. Il est ainsi du devoir des entreprises de s’engager pour faire de nos sociétés un exemple d’intégration et de cohésion sociale.

Partager sur :

J'aime

0

Publications connexes

Partagez votre engagement

Thématiques

► Engagements pour une économie, une finance et une industrie juste, innovante et responsable

Articles récents