Close

Se connecter

Vous n’avez pas de compte ? Contactez-nous !
Close

S'enregistrer

Close

Lost Password

Intro – La réindustrialisation à impact

La crise sanitaire a brutalement révélé l’urgence de reconstruire le tissu industriel français, dont la dépendance médicale a provoqué des pénuries en masques de protection et respirateurs artificiels importés de l’étranger. Ce constat n’est pas totalement nouveau cependant, dans un territoire où la désindustrialisation connaît l’un des reculs les plus importants d’Europe, avec une perte de 2,5 millions d’emplois industriels depuis les années 70. Or, cette perte de souveraineté industrielle soulève de nombreuses problématiques : dépendance de la chaîne de production et de produits stratégiques vis-à-vis d’entreprises étrangères, balance d’exportation négative, exclusion des industries innovantes…

Ainsi, reprendre la main sur notre tissu industriel poursuit plus que jamais un objectif clair : regagner notre indépendance. C’est d’ailleurs l’un des chevaux de bataille d’Emmanuel Macron pour ce quinquennat, qui a annoncé son plan de 30 milliards d’euros intitulé « France 2030 » en octobre dernier. A travers celui-ci, l’ambition de créer un cercle vertueux aux bénéfices triples : création d’emplois, participation aux industries innovantes, et rééquilibrage de notre balance commerciale déficitaire.

Cette approche française s’inscrit indéniablement dans l’agenda européen, dont les enjeux de réindustrialisation sont similaires. Berceau de l’industrialisation, sa stratégie industrielle publiée en mars 2020 révèle la même priorité : regagner sa souveraineté et sa compétitivité historique dans ce domaine. Mais dans quelle mesure est-il possible de faire renaître la souveraineté industrielle européenne ? Et plus particulièrement, quels sont les enjeux de l’indépendance industrielle sanitaire face à la pandémie de Covid-19 ?

Aujourd’hui, cette urgence de reconstruire le tissu industriel français et européen doit plus que jamais composer avec les enjeux du capitalisme juste et responsable, avec une certitude : l’industrie du monde d’après doit être « à impact », décarbonée et technologique pour être soutenable. Le plan « France 2030 » a d’ailleurs particulièrement intégré cette vision nouvelle de l’industrie, pour en faire un moteur de transitions. Écologique et énergétique d’abord, avec comme objectif de baisser de 35 % les émissions de gaz à effet de serre par rapport à 2015 en se concentrant sur certains secteurs stratégiques, notamment la mobilité et les énergies vertes. Au regard de celui-ci, comment réussir à décarboner notre tissu industriel et quels sont les secteurs stratégiques ? Technologique et numérique également, avec la volonté de soutenir la médication de demain ou l’espace tout en intégrant les technologies d’avenir dans certains secteurs appelés à se transformer. Face à ce nouveau modèle d’industrie 4.0, il est important de mesurer les potentialités des technologies d’avenir pour le secteur et ses nouvelles exigences en matière de politique industrielle.

La crise sanitaire représente un véritable tournant pour mettre en œuvre cette réindustrialisation à impact : il est l’heure pour nos sociétés d’accomplir la double transition écologique et technologique via l’industrie.

Partager sur :

J'aime

0

Publications connexes

Partagez votre engagement

Thématiques

► Engagements pour une économie, une finance et une industrie juste, innovante et responsable

Articles récents