Close

Se connecter

Vous n’avez pas de compte ? Contactez-nous !
Close

S'enregistrer

Close

Lost Password

Intro – S’orienter vers une économie circulaire

Depuis quelques années, l’Union Européenne et la France affichent l’ambition de sortir progressivement de la société du tout-jetable où production et consommation suivent un modèle linéaire. Cette compréhension commune d’un levier du capitalisme juste et responsable plus économe en ressources les amène à vouloir transformer le fonctionnement même du cycle économique à travers un concept : celui l’économie circulaire, où les entreprises sont la clé de voûte de l’éco-conception des produits, d’une consommation responsable, et de la réinjection des déchets dans les chaînes de production. Sur le territoire français, la transition vers ce nouveau modèle d’activité s’est définitivement amorcée en 2015 avec la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte, qui fait rentrer la notion dans la législation française et l’érige en objectif national ainsi qu’en pilier du développement durable. Cette conjoncture s’inscrit dans un cadre européen de plus en plus conscient de la centralité de cette thématique depuis son ambitieux paquet « Economie circulaire » adopté la même année, complété en mars 2020 par son Plan d’Action pour une Economie Circulaire, l’un des axes principaux du Green Deal.

Cette attention grandissante que lui portent les politiques publiques ne sont nullement liées au hasard : c’est une réaction directe à ses multiples externalités positives dans le cadre du développement durable. En plus de générer des économies pour les entreprises, la plus faible utilisation de matières premières et d’énergie catalyse de véritables bénéfices environnementaux. Mais son rôle central dans l’accomplissement de notre transition écologique ne doit pas occulter son impact social véritablement positif : générateur d’emplois durables et non délocalisables notamment liés à la réparation, estimés fin 2013 à 545 000 par le Service de l’Observation et des Statistiques. Il est ainsi pertinent de s’intéresser aux bénéfices que l’économie circulaire représente pour l’emploi.

Les entreprises, pour sortir bénéficiaires de cette transition vers un nouveau modèle non-linéaire, se voient confrontées à de nouveaux défis, notamment vis-à-vis du consommateur qui se retrouve fortement responsabilisé dans ses choix d’achat et l’usage de ses produits. L’économie réelle doit les aiguiller via l’accès à l’information, amorcée avec les indices de durabilité, et les activités de réparation notamment. Ainsi, comment donner le choix d’une consommation responsable ?

Un second défi conséquent pour les entreprises réside dans la gestion des déchets : réduire l’utilisation des ressources et réinjecter les déchets dans le cycle économique implique leur réduction, d’une part, et leur valorisation via une meilleure gestion du recyclage, d’autre part. Le gouvernement français a toujours accordé une attention particulière à ces problématiques, fort de sa loi anti-gaspillage de février 2020 qui annonce entre autres la fin du plastique jetable d’ici à 2040. Avec ses 5,1 tonnes de déchets par habitant produits en 2018 sur le territoire, dont 70% provenaient du secteur de la construction, comment les entreprises peuvent-elles réduire et valoriser les déchets notamment dans les secteurs les plus émetteurs ?

Partager sur :

J'aime

0

Publications connexes

Partagez votre engagement

Thématiques

► Engagements pour une économie, une finance et une industrie juste, innovante et responsable

Articles récents