Close

Se connecter

Vous n’avez pas de compte ? Contactez-nous !
Close

S'enregistrer

Close

Lost Password

Comment le numérique répond-il aux enjeux environnementaux ?

Alors que le numérique représente près de 4 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde – une proportion amenée à doubler d’ici 2030 –, le secteur de la tech est en première ligne pour répondre aux enjeux environnementaux. Comment ? En développant de nouvelles solutions innovantes ! La preuve par l’exemple avec Jean-Bernard Rampini, directeur Innovation et Corporate Ventures, membre fondateur et administrateur de la Fondation Sopra Steria-Institut de France, et Charlotte Darmet, co-fondatrice d’Opopop,  startup à impact positif, lauréate du Prix Entreprendre pour demain en 2020.

La Fondation Sopra Steria-Institut de France a été créée en 2001 avec une ambition : soutenir des projets numériques en vue de faciliter le quotidien des publics fragilisés grâce à l’innovation, et à l’entrepreneuriat social et solidaire. Face à l’urgence climatique, les membres de la Fondation ont décidé en 2016 qu’il était de leur responsabilité d’y associer la dimension environnementale. Un engagement sociétal qui se concrétise depuis 20 ans à travers deux leviers principaux :

  • Un soutien à des projets associatifs, financier et en compétences ;
  • Un accompagnement sur mesure pour les projets des étudiants et jeunes entrepreneurs lauréats du Prix Entreprendre pour demain

Un prérequis essentiel pour tous les projets accompagnés : mettre l’innovation numérique au service d’enjeux sociaux, sociétaux et environnementaux.

Un accompagnement financier mais surtout humain

Concrètement, comment se matérialise cet engagement en faveur des populations vulnérables et de la préservation de l’environnement ? Par un soutien financier mais aussi et surtout grâce à l’engagement des collaborateurs de Sopra Steria, qui mettent leurs compétences au service des projets. Objectif : accompagner les entrepreneurs de l’économie sociale et solidaire dans leurs défis et dans leurs prises de risque, pour permettre à leur projet de prendre son envol de façon pérenne tout en respectant les valeurs de la Fondation. C’est dans la durée qu’il sera possible d’avoir une action positive sur l’environnement.

« Chaque projet soutenu par la Fondation Sopra Steria-Institut de France est parrainé par un de nos collaborateurs en interne. Ce combo Humain – Technologie – Social est d’autant plus vecteur de sens que l’engagement est porté à titre bénévole par nos propres collaborateurs. Depuis 20 ans, plus d’une centaine de projets, portés par des associations, et dans le cadre du Prix Entreprendre pour demain, ont ainsi bénéficié de notre accompagnement financier et humain » précise Jean-Bernard Rampini.

Opopop, 1er lauréat du Prix dans le domaine de l’environnement

En 2020, Opopop devient ainsi la première startup à remporter le Prix Entreprendre pour demain sur une thématique environnementale : « Le numérique responsable au service de la planète ». Le concept est simple : Opopop a créé le premier colis réutilisable consigné pour le e-commerce. Une solution qui encourage la réduction de l’impact environnemental du e-commerce lorsque l’on sait que près de 1,5 milliard de colis ont été expédiés en France en 2020.

« Opopop est un service d’emballages réutilisables et consignés à destination des e-commerçants. L’objectif est de limiter les déchets générés par les achats en ligne. Les pochettes sont résistantes, réparables et destinées à être renvoyées par le consommateur après réception » explique sa co-fondatrice, Charlotte Darmet.

Chaque commande est associée à une consigne numérique de 5 euros qui n’est prélevée que si l’emballage n’est pas retourné. Cela permet de responsabiliser tous les maillons de la chaîne jusqu’au consommateur final et à 97% des emballages de revenir à chaque cycle !

En tant que lauréate 2020 du Prix, Opopop a alors pu compter sur :

  • Une dotation de 10 000 euros qui a notamment permis de recruter les premiers collaborateurs : ils seront 7 en janvier 2022 ;
  • Un accompagnement à la méthodologie de développement de projet innovant avec Vianeo
  • Une incubation de 6 mois au Planetic Lab, un incubateur social et solidaire situé au Palais Brongniart à Paris ;
  • Et le mentorat de son parrain Sopra Steria : Jean-Bernard Rampini.

Donner un vrai coup d’accélérateur

Un coaching qui a déjà porté ses fruits : fin 2020, la solution d’Opopop était en test auprès de 4 e-commerçants ; aujourd’hui, la startup travaille avec une cinquantaine d’e-commerçants ! Une vraie success story rendue possible par l’accompagnement personnalisé et à la demande de Jean-Bernard Rampini et de Benjamin d’Hardemare, fondateur de Planetic Lab. Un effet miroir qui permet aussi aux jeunes entrepreneurs de se former, de monter en compétence, et de mieux organiser leur développement afin de donner une trajectoire au projet.

Pour Charlotte Darmet, il s’agit « d’un vrai plus pour nous donner un cadre et nous aider à nous poser les bonnes questions. Le mentorat est très précieux en tant qu’entrepreneur car on bénéficie d’un regard externe mais surtout de leur propre expérience. »

Parmi les précieux conseils dont ont pu profiter les deux fondateurs d’Opopop, Charlotte et Antonin : comment apprendre à négocier, à recruter la bonne équipe et à manager, comment communiquer et échanger avec les journalistes, comment se positionner en tant que startup vis-à-vis d’une entreprise, comment contracter un partenariat et collaborer avec un grand groupe, comment répondre à un appel d’offres, etc.

On n’entreprend jamais tout seul !

Telle est la philosophie de la Fondation Sopra Steria-Institut de France : permettre à des créateurs de projets numériques innovants de déployer des solutions pérennes, pour réduire la fracture numérique dans la société. Comment ? En leur donnant un terrain de jeu et un certain espace de liberté. Vous avez une idée en phase avec les valeurs de la Fondation ? Alors vous n’êtes pas seul, elle vous accompagne financièrement et humainement pour que vous puissiez réussir.

« Il ne faut ni inhiber, ni enfermer les gens dans une posture, mais leur ouvrir d’autres points de vue, et mettre notre expertise au service des enjeux sociaux et environnementaux. Au regard de notre propre expérience, on peut souvent voir les risques arriver et les obstacles se dresser un peu plus tôt, et les aider à anticiper et prendre le recul nécessaire pour repenser leur stratégie et revoir leurs priorités » poursuit Jean-Bernard Rampini.

Et après ?

Quelles sont les prochaines étapes ? Comment véritablement ancrer l’action menée dans la durée pour préserver l’environnement sur le long terme ? On le sait, une startup peut grandir très vite. Mais attention pour autant de ne pas brûler les étapes. C’est pourquoi l’accompagnement proposé doit s’inscrire dans la durée, être force de proposition, en respectant l’indépendance et les décisions des entrepreneurs. Parmi les pistes envisagées par la Fondation : la création d’un Club des lauréats du Prix Entreprendre pour demain.

« Dans notre monde connecté, on ne peut pas réussir tout seul. C’est vrai pour un grand groupe comme Sopra Steria mais c’est peut-être encore plus vrai pour une startup. La startup doit être connectée à son écosystème. Un des volets de notre accompagnement passe aussi par l’accès à notre réseau, des conseils pour se connecter avec toutes les parties prenantes, et les mobiliser autour d’une préoccupation commune : faire du numérique un outil positif pour le développement durable. L’idée est de permettre à la startup d’accéder à des acteurs portant des points de vue et avec des assets différents, par exemple Make.org, des investisseurs, des think tanks, d’autres startups tech, mais qui se retrouvent sur ces questions environnementales et de Tech for Good » affirme Jean-Bernard Rampini.

À travers la Tech for Good, justement, il est tout à fait possible de mettre le numérique au service de la préservation de l’environnement. Tout d’abord en proposant des solutions innovantes en faveur du développement durable. Mais aussi et surtout parce qu’il est capable de passer à l’échelle très rapidement, le numérique devient un outil d’accélération ultra efficace pour tendre vers des modes de consommation plus responsables et modifier durablement les usages. C’est donc par cette adéquation entre une idée novatrice et l’outil numérique que l’on pourra atteindre les objectifs fixés.

« En tant qu’entreprise de services numériques, Sopra Steria doit servir cette chaîne de valeurs » conclut le directeur Innovation et Corporate Ventures.

Les candidatures pour le nouvelle édition du Prix Entreprendre pour demain, destiné aux étudiants et jeunes entrepreneurs, seront ouvertes à l’automne sur le site de la Fondation Sopra Steria-Institut de France.

En savoir plus sur la Fondation Sopra Steria-Institut de France. 

Partager sur :

J'aime

0

Publications connexes

Partagez votre engagement

Thématiques

► Engagements pour une économie, une finance et une industrie juste, innovante et responsable

Articles récents