Close

Se connecter

Vous n’avez pas de compte ? Contactez-nous !
Close

S'enregistrer

Close

Lost Password

Rapports de Responsabilité Sociétale d’Entreprise & méthodologie

Depuis 2009, GEODIS établit un rapport à destination de l’ensemble de ses parties prenantes. Celui-ci a d’abord pris la forme d’un rapport de développement durable de 2009 à 2012. Il a ensuite évolué pour un rapport RSE de 2013 à 2018. En 2019, un nouveau changement s’opère. Le Groupe publie son premier rapport d’activité et de RSE.

>> Nous contacter

Rapports

Méthodologie de reporting

Le reporting extra financier du Groupe s’appuie sur les indicateurs environnementaux et sociaux de GEODIS et des filiales sous son contrôle. Outre les normes de reporting nationales et internationales qui lui servent de référence, le Groupe a créé ses propres procédures et outils de recueil, d’analyse et de consolidation des données environnementales et sociales. Des fiches de reporting précisent les différents indicateurs, les bases de calcul et les périmètres concernés.

Périmètre du reporting, processus de collecte et de consolidation des données

Les rapports portent sur les exercices clos le 31 décembre. Les informations de chaque Région ou Métier relatives aux ressources humaines et aux aspects qualité, sécurité et environnement sont consolidées par GEODIS.

Les données présentées pour l’exercice 2021 sont calculées ou estimées à partir des données de GEODIS et de ses fournisseurs. Elles sont reportées selon différents niveaux de granularité, des sites opérationnels jusqu’aux indicateurs au niveau du Groupe. Les données sont publiées par zone géographique et par Métier. Depuis la mise en place du reporting en 2008, le processus de collecte et de consolidation s’améliore régulièrement, permettant ainsi à GEODIS de répondre aux exigences de la réglementation.

Selon les données, le périmètre de consolidation peut varier et n’inclure qu’une partie des sites ou pays concernés

Les pays dans lesquels GEODIS est directement présent sont listés ci-dessous par zone géographique : 

  • EUROPE : Allemagne, Belgique, Danemark, Espagne, France, Finlande, Grèce, Hongrie, Irlande, Israël, Italie, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Serbie, Slovaquie, Suède
  • AMÉRIQUES : Argentine, Brésil, Canada, Chili, Colombie, Mexique, Pérou, USA
  • AASIE-PACIFIQUE : Australie, Bangladesh, Chine, Corée du Sud, Hong Kong, Inde, Indonésie, Japon, Malaisie, Nouvelle Calédonie, Nouvelle Zélande, Polynésie française, Singapour, Taïwan, Thaïlande, Vietnam
  • AFRIQUE / MOYEN-ORIENT : Afrique du Sud, Algérie, Bahreïn, Cameroun, Emirats Arabes Unis, Maroc, Qatar, Tchad, Tunisie, Turquie

Choix des indicateurs

Les données intégrées dans ce reporting sont regroupées dans trois catégories – l’économique, l’environnement, le social – pour être en cohérence avec les engagements du Groupe et mesurer l’efficacité des actions menées dans les entités opérationnelles. Le Groupe a ainsi sélectionné ses propres indicateurs en fonction de leur pertinence et en s’inspirant des référentiels internationaux et des lignes directrices de la Global Reporting Initiative version 4. La définition de chaque indicateur a été formalisée dans une fiche pour garantir une méthodologie de calcul commune, quels que soient le périmètre géographique ou l’activité concernés.

Limites méthodologiques

La fiabilité des données comporte certaines limites du fait :

  • Des modalités de collecte et de remontées variant d’une Région et d’un Métier à l’autre ;
  • de la disponibilité inégale de certaines données nécessaires au calcul des indicateurs.

Contrôle et vérification des indicateurs

Les données environnementales sont consolidées et contrôlées par les Directions qualité, sécurité et environnement des Régions, Métiers et la Direction RSE Groupe. Les données sociales sont consolidées et contrôlées par les Directions des Ressources Humaines du siège et de chaque Région et Métier.
Des contrôles de cohérence sont effectués. Ils incluent la comparaison avec les données des exercices précédents et les écarts jugés significatifs font l’objet d’analyses systématiques.
Le Groupe a mis en place le contrôle des données par des organismes extérieurs concernant le rapport RSE et le reporting depuis 2017. Le cabinet d’audit EY a effectué une revue indépendante des processus de reporting d’une sélection d’indicateurs clés portant sur l’année 2021 de GEODIS. Cliquez sur ce lien pour télécharger leur rapport d’assurance modérée (cliquez ici pour télécharger la version anglaise).

Quelques définitions

Déchets

  • Production de déchets non dangereux : tonnage total de bois (y compris palettes), cartons, papiers, plastiques (y compris films et polystyrènes), métaux, déchets d’espaces verts et déchets en mélange (non valorisés) ;
  • Taux de valorisation des déchets non dangereux (tonnage total de déchets non dangereux valorisé moins tonnage de déchets non dangereux en mélange) / tonnage total de déchets non dangereux produit ;
  • Production de déchets dangereux : tonnage total selon 12 catégories – absorbants (y compris chiffons souillés, sable imbibé), batteries de véhicules routiers ou d’engins de manutention, boues de filtration (issues de débourbeurs/ déshuileurs d’eaux pluviales ou d’opérations de traitement des eaux de lavage interne de citernes, de cuves et de fûts), cartouches d’encre, colis de matières dangereuses abimés, filtres à huile et huiles usagées de véhicules routiers (ponts, boîtes, moteurs), matériel informatique/bureautique (DEEE), peintures et vernis, piles et accumulateurs, tubes à néon, déchets acides issus du traitement chimique de surface, déchets d’emballages contenant des résidus dangereux,

Emissions de GES (Gaz à Effet de Serre) exprimées en CO2 équivalent (CO2e)

  • Émissions liées aux consommations de carburant, d’électricité et de gaz : total des émissions en équivalent CO2 liées au carburant, au gaz et à l’électricité ;
  • Facteurs d’émissions utilisés : ceux du GHG Protocol, de la norme EN 16258 ou du Bilan Carbone©. Pour le carburant, le facteur d’émission utilisé est de 2,51 kg CO2e/litre pour la France et de 2,53 kg CO2e/litre pour les autres pays. Pour le gaz, le facteur d’émission utilisé est de 0,187 kg de CO2e/kWh pour la France et de 0,205 kg de CO2e/kWh pour les autres pays (sur la base du pouvoir calorifique inférieur PCI). Pour l’électricité, les facteurs d’émissions sont les mix moyens de production de l’Agence Internationale de l’Energie (2013) et le mix moyen de la France continentale en 2018 (ADEME).

Partager sur :

J'aime

0

Publications connexes

Partagez votre engagement

Thématiques

► Engagements pour une économie, une finance et une industrie juste, innovante et responsable

Articles récents